Fraula

Les alentours dans le Salento

 

 Gallipoli

La ville, que l’on appelle la « Perle de la Mer Ionienne », est sise sur la côte occidentale du Salento, sur la Mer Ionienne. Elle est divisée en deux partie unie par un pont : la partie récente de la ville se trouve sur un promontoire, tandis que le centre historique est sis sur une île de calcaire. La première à venir à l’encontre des visiteurs est la Fontaine Grecque, d’époque renaissance. Dans ses alentours le Santuaire de Santa Maria del Canneto  (sainte Marie du Cannet), la petite chapelle de Santa Cristina (Sainte Christine) et le Château Aragonese, rare exemple de château fort entièrement enlacé par la mer. En parcourant le pont du XVII° siècle on peut apercevoir, dans la fossé originaire du Château, le marché au poisson. La Vieille Ville est enlacé par des imposants bastions circulaires, depuis lesquels on peut profiter d’une vue à en couper le souffle, tout en dégustant des excellents apéritifs ou des exquises spécialités de la cuisine locale. Tout le long des murs d’enceinte sont disposées des nombreuses église richement décorées. Parmi les beautés naturelles digne de mention l’île de Sant’Andrea, au jour d’hui classée Parc Régional, ou se trouve un grand phare bâtit en 1866 et encore en fonction. Dans les ruelles et rue on peut admirer les façades baroques des maisons de cour (case a corte salentine) et palais. La Ville est un attrait pour le touristes, en raison de sa mer cristalline, de la nature, l’art, la cuisine, ou les nombreux club, discothèques, et autres locaux dont elle est parsemé.

 Lecce

Chef-lieu  et principal centre culturel de la péninsule du Salento, elle est sise à 11 kilomètres de la côte Adriatique et à 23 de la Ionienne. Centre d’activités agricoles (huile, vin), de la céramique, et du papier mâché, elle est aussi connue pour son patrimoine artistique et monumental prestigieux. Ville archéologique, elle est parsemé par les vestiges des populations qui se sont succédé dans le Salento : des mur d’enceinte au souterrain de la ville messapique, au imposantes œuvres de la periode romaine comme le Théâtre et l’Amphithéâtre  dans la Place Saint Oronzo. Lecce est aussi connue dans le monde en tant que capitale du baroque. Par sa beauté si particulière elle est appelle aussi « la Florence du Sud ». De partout règne le pierre leccese, une roche d’origine calcaire, presque blanche et facile à travailler. Avec cette pierre ont été fabriqués les chapiteaux, les frontons, les pinacles et les rosettes qui ornent une grande partie des édifices et des églises de la ville. Le centre historique, petit et lumineux, est parsemé par  les perles du Palais des Célestins, l’église de Sainte Croix, celle de Sainte Claire, et par la Cathédrale. Lecce est aussi vivant laboratoire culturel, riche en musées et galléries d’art, elle offre une saison théâtrale et lyrique importante dans ses théâtres, Paisiello et Politeama Greco, vrais bijoux de l’architecture. Siege d’une faculté Universitaire, Lecce offre aux jeunes une intense movida dans les ruelles sur lesquelles s’ouvrent toutes sorte des bars et restaurants et locaux, qui font vibrer de vie le centre historique tous les soirs.          

 Otranto

Sise dans le sud de la Mer Adriatique, dans le point le plus oriental d’Italie, la ville d’Otrante, la « Porte Orientale », est tournée vers l’étroit du même nom. Ville riche en histoire, elle doit son nom à la rivière Idro qui la côtoie, dont l’ancien nom était HidruntumSa position stratégique de  carrefour entre l’occident et l’orient, a attirait dans les temps la convoitise de bon nombre de conquérants. Centre byzantin et plus tard aragonais, elle s’est développait tout autour de l’imposant château, de forme trapézoïdale avec des tours cylindriques, bâti par Ferdinand D’Aragon au début du XVI° siècle. La grande cour intérieure du château devient, pendant l’été, un lieu d’initiatives culturelles et artistiques. En 1480 les Turcs prirent la ville et tuèrent 800 citoyens par décapitation. C’est le moment plus tragique de l’histoire de la ville et dans la cathédrale d’époque normande, célèbre grâce au mosaïque  l’Arbre de la Vie du sol, sont conservés les crânes de ce 800  « Martirs d’Otrante ».  Les promenades dans la vieille ville, dans ses ruelles suggestives, avec les petits magasins, laboratoires d’artisanat, restaurants et autre commerces, se terminent souvent sur le bastions, charmante terrasse sur le port.

 Santa Cesarea Terme

Sise sur une falaise a pic sur la mer, Santa Cesarea Terme est au jour d’hui une de station thermale et touristique plus prisée  du sud. Ses eaux sulfureuses, qui jaillissent dans quatre grottes naturelles en communication avec la mer, sont un patrimoine naturel des plus important dans le domaine de l’hydrologie médicale (www.termesantacesarea.it).

Sa mer cristalline et ses majestueuses pinèdes font de pair avec la ville, qui enchante par ses splendides villas bâties dans le XIX° siècle par les familles nobles du Salento, pour en faire les résidences d’été. Le Palais Sticchi est un spécimen unique dans le genre. Suggestive aussi l’Eglise Mère du Sacre Cœur, édifiée dans le XIV siecle.    

Les falaises rocheuses, avec ses cheminées (faraglioni) et ses grottes préhistoriques, s’ouvrent pour laisser une place au Port Miggiano, littéralement sculpté dans la roche. En haut, domine la baie la tour de garde du même nom, bâtie dans le XVI siècle et récemment restauré. En partie, le territoire de Santa Cesarea Terme aussi est compris dans le Parc de la Côte d’Otrante – Sainte Marie de Leuca et bois de Tricase.

 Santa Maria di Leuca

Sur le cap méridionale des Pouilles, Sainte-Marie de Leuca est une localité marine connue depuis l’antiquité et escale obligatoire entre orient et Méditerranée Occidentale. Fréquentée par les crétois, phéniciens, et grecques, ce mélange de cultures est évident dans l’architecture très varié des nombreuses villas (on en dénombre 40 et plus). Chaque époque a laissé  des traces tangibles : villages rupestres, sépultures, grottes, cryptes, églises, châteaux, palais.  

Merveilleuse petit ville de mer, son économie se base sur la pêche et sur le tourisme. Le port, moderne et bien équipé, est divisé en deux, par moitié pour la pêche, l’autre pour la plaisance. La ville offre d’innombrables opportunité et services pour les touristes. Sa côte  est parmi les plus belles et variée des Pouilles, avec nombreuses grottes naturelles, divisées en « grottes de Levante » (est) et « grottes de Ponente » (ouest).

Le Sanctuaire de Sainte-Marie de Leuca autrement dit « de Finibus Terrae », est un imposant monument à l’aspect moderne, fruit de siècles d’incursion des pirates. Le Sanctuaire qui domine la ville depuis le sommet de la colline, est un point panoramique qui permet d’apprécier la rencontre entre la mer Adriatique et la Mer Ionienne, le port et ses merveilles, auxquelles s’ajoute le phare, haut de 50 mètres et avec une portée de 27 milles nautiques. Sainte-Marie de Leuca aussi se trove à l’intérieur du Parc Naturel Régional institué en 2006.